Warholisation

Warholisation

lundi 24 août 2020

Art familial

  La choute s'est mise, comme son frère, à pratiquer le dessin assidûment, quotidiennement. Dans l'idée, elle aussi, d'en faire son gagne-pain. Leurs styles sont différents, mais leurs compétences similaires, de haut niveau. Pourvu que son talent et son travail lui permettent un jour de gagner beaucoup de pain !... Son frère, lui, n'étant désireux que de miettes de biscotte.

 Elle a besoin de crayons, et aime bien les critériums (dont j'ai changé les mines). J'en ai dénombré 13.

 Elle a aussi beaucoup de bons feutres (de ceux qui coûtent vraiment cher), achetés par moi-même ou par sa grand-mère. Le chichou se contente des pas chers de chez Leclerc. Qu'il use relativement vite, s'étant mis, après des années de préférence pour le noir et blanc, au multicolore (c'est un passage "païen").

 Sinon nous avons parlé, au retour des vacances, quand les services étaient encore peu peuplés, point de croix entre collègues, alors je leur ai montré quelques-unes de mes productions passées (plus le temps ni les yeux pour ce faire, même si l'envie et le plaisir seraient intacts).



 Ces (nombreuses) broderies (tableaux) ont notamment occupé mes mois de grossesse allongée...

dimanche 9 août 2020

En vacances il y a déjà ça

 Une belle exposition, sur Eugène Le Poittevin (1806-1870) et Étretat. Personne, sauf nous et le gardien trop collant.

Un mignon merleau sauvé in extremis des griffes du chat.

 Une chatte privée de sortie dans le jardin pendant quelques jours, le temps pour le merleau parti du nid d'apprendre à bien voler.

 Plein de bons livres, dont Loin de vous ce printemps, de Mary Westmacott alias Agatha Christie, et films, dont des westerns (Along the Great Divide, 1951, de Raoul Walsh, avec Kirk Douglas, Virginia Mayo, Walter Brennan : aucun humour, mais génial), My Fair Lady (livret et décors, acteurs, costumes sublimes), et Gone with the wind avec Scarlett O'Hara et Rhett Butler, et aussi Mélanie Hamilton Wilkes, à l'heure ou Olivia de Havilland disparaissait. A 12 ans, la choute se devait de voir ces deux derniers films.

mardi 7 juillet 2020

Inspirée


 Au 12 bd Arago se tenait, entre 1157 et 1793 (pendant 636 ans quand même !...), une paroisse catholique.
Des artistes et artisans s'y sont mariés ou y ont été inhumés. Poussière tu es, tu retourneras à la poussière (Genèse 3:19)...

 Vendue comme "bien national" le 3 août 1793, elle fut détruite en 1807. Le boulevard Arago et celui de Port-Royal furent percés à cet endroit dans les années 1850-1860. (Source Wikipédia)

 Ainsi imprégnée de religiosité, si je puis dire, j'ai acheté, pour deux euros, ce petit cadre "kitsch" à la dernière brocante (plutôt qu'une magnifique lampe en porcelaine à abat-jour juponné et qu'une jolie petite nature morte, peinte à l'huile, bien encadrée, signée et datée... Mais qu'est-ce qui m'a pris ?? Une histoire de prix entres autres.).

La liste, non exhaustive, des églises disparues de Paris est très longue...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9glises_disparues_de_Paris

L'entrée du 10 bd Arago est également remarquable.

lundi 22 juin 2020

Des 20 à la pelle

 Dans quelques jours, c'est la fin de l'école. La choute a hâte, moi non, car je vais être intellectuellement désoeuvrée !... Et le plaisir d'avoir des 20/20 (13 pour l'instant au total ! Les matières, dont le français surtout, était notées moins largement à mon époque, et même à celle, moins lointaine, du chichou. Profitons-en.) va nous manquer… La sacro-sainte moyenne scolaire de la choute s'est élevée à 18,58 sur 20 en ce 3e et dernier trimestre. Elle est ravie ! Qu'elle soit ravie me ravit.

J'ai vu un documentaire sur la fête du solstice d'été en Lettonie. C'était merveilleux de beauté, de sérénité. (Cette poupée est, elle, lituanienne, mais le costume, la couronne de fleurs sont similaires.) J'aimerais bien y vivre, maintenant.

 Agatha Christie (dont je pense enfin terminer bientôt l'imposante autobiographie, commencée avec le confinement...), qui a su vivre heureuse, disait qu'elle pensait plus aux victimes qu'aux meurtriers, que son but était de punir le meurtrier de la victime innocente, qu'on ne pensait pas assez à son époque aux innocents - son autobiographie a été écrite au long cours et est sortie après sa mort, en 1977. Et elle disait qu'il fallait protéger davantage les innocents. Elle avait des idées, comme Dolto (pour le collège en l'occurrence), tout à fait concrètes pour ce faire, que malheureusement, comme pour Dolto, aucun gouvernement n'a eu l'intelligence et le courage d'exploiter.

mercredi 17 juin 2020

Masquée

 Dernier travail d'arts plastiques de l'année de 6e : un masque qui serait son double... On s'est amusées...